Isla del Sol

Depuis aujourd’hui (2 août) je continuerai le voyage seul, Jean-Bernard ayant quelques difficultés d’adaptation à l’altitude, il a décidé de rentrer en France. Ce matin-là, je prends un bus pour Copacabana au bord du lac Titicaca, à ne pas confondre avec la célèbre plage de Rio de Janeiro. La ville a aussi sa petite plage mais la température du lac se prête nettement moins à la baignade. Mon intérêt se porte plutôt sur le port qui se trouve juste à côté et d’où je dois prendre un bateau pour l’Isla del Sol. Le trajet dure environ 1h30 et j’arrive sur l’île vers 15h. C’était la partie facile, c’est maintenant que ça se complique : il faut monter jusqu’au petit village où se trouve la plupart des possibilités d’hébergement. Cela commence par l’Escalera del Inca, un escalier datant de l’époque Inca. Cela peut sembler facile mais avec un sac de 20 kg sur le dos et une altitude avoisinant les 4000 m, le problème est tout de suite plus difficile. Une fois arrivée en haut de l’escalier on peut se reposer un moment en admirant une fontaine, elle aussi Inca, d’où jaillissent trois jet d’eau bien fraiche. Pour les Incas ils symbolisaient leur devise : Ama sua, ama llulla, ama khella (ne vole pas, ne ment pas, ne soit pas paresseux). Les espagnols, eux, la considérait comme une fontaine de jouvence. Et pour les habitants actuels de l’île c’est surtout un moyen très pratique de récupérer l’eau. Après cette petite pause, on continue. En voyant que le chemin repart plus ou moins à l’horizontale on se dit que le plus dur est fait. Erreur, la pente devient rapidement plus forte. Personnellement je m’arrête à l’un des premiers hostals ayant une chambre de libre : Las Cabañas, situé à tout de même une centaine de mètres au dessus du lac. La chambre a une fenêtre et un petit balcon avec vue sur le lac, la Cordillière Royale, l’Isla de la Luna, … magnifique !

Je passe le reste de l’après-midi à me promener dans le village. Les maisons semblent représenter, divisées en part plus ou moins égales : habitations pour les habitants, habitations pour les voyageurs, boutiques et restaurant (dont les trois quarts sont des pizzerias). Un peu plus haut dans le village, sur une place de jeu qui semble être celle de l’école, un spectacle à lieu. L’un des habitants m’explique qu’il s’agit de la fête d’indépendance de la Bolivie.

Le soir je croise par hasard, dans l’une des nombreux restaurants-pizzeria de l’île, une famille de suisse habitant à moins de 20km de chez moi. Nous décidons de faire la traversée de l’île ensemble le lendemain. Nous nous retrouvons donc au port le lendemain matin pour prendre un bateau qui nous amènera au nord de l’île. Nous négocions le prix le prix de départ est de 100 bolivianos par personnes. Le pilote d’un bateau nous dit que les bateaux venant de Copacabana allant au nord ne s’arrêtent pas ici. Mais au fur et à mesure que l’heure de passage de ces bateaux approche, le prix descend et nous parvenons à le faire passer à 25 bolivianos par personne.

Arrivé au nord de l’île nous entreprenons notre marche. Les paysages sont magnifiques. Après une ou deux heures de marche nous arrivons aux ruines de Chincana dont la partie la plus intéressante est le Palacio del Inca. Nous prenons ensuite le chemin qui nous ramènera au sud de l’île. Vu l’altitude, environ 4000 m, nous prenons notre temps. Nous arrivons à destination en fin d’après-midi. Nous décidons de nous retrouver pour manger dans le même restaurant que la veille.

Nous prenons le même bateau pour Copacabana le lendemain matin. Ensuite, eux prendront un bus pour La Paz. Quant à moi cela sera pour Puno au Pérou, toujours au bord du Lac Titicaca.

Tags from the story
, ,