Potosi

Le matin du 26 nous quittons Uyuni pour Potosi. Le trajet dure environ 4h30 et nous y arrivons vers 14h. Nous prenons immédiatement un taxi pour atteindre notre hôtel. Nous avions repéré le Koala Den dans le guide Lonely Planet. Il ne reste qu’une chambre de trois lits à 180 Bolvianos la nuit. Ils nous proposent une réduction à 150 Bolivianos, nous acceptons. Nous nous installons avant d’aller manger.

Nous rejoignons ensuite Aline et Matthieu pour la visite du couvent Santa Theresa.

Le deuxième jour nous avons prévu de débuter par la visite de la Casa de la Moneda. Malheureusement, nous avons préféré commencer par régler la question des bus pour Sucre, nous arrivons juste en retard pour la visite du matin. Nous nous rabattons sur la Cathédrale. Ce ne fut pas une perte de temps, le guide est passionné par son travail et nous relate dans les moindres détails l’histoire de la cathédrale.

Après un repas nous ayant coûté pratiquement rien (15 bolivianos pour 1 entrée, 1 soupe, 1 plat, 1 dessert) nous nous rendons à la Casa de la Moneda  pour la visite de l’après-midi. En dehors de divers instruments ayant servis à la fabrication de pièces de monnaies, plusieurs tableaux de peintres, une salle archéologique, … sont présentés Cette fois-ci le guide est nettement moins passionné, il récite un texte appris par coeur sur un ton monocorde. La visite deviendra toutefois plus intéressante lorsque, nous entendant nous questionner en français sur le fonctionnement d’une machine à laminer les barres d’argent, une guide touristique de Potosi nous propose ne nous donner quelques explications en français. S’en suives des discussions nettement plus intéressantes, tantôt en français, tantôt en espagnol. Dès ce moment nous n’écoutons pratiquement plus le guide de la visite.

Le soir nous mangeons au restaurant 4060 qui tire son nom de l’altitude à laquelle il se trouve. Nous ne garderons pas un souvenir impérissable de cet établissement. La pizza est bonne (même si des effets se feront ressentir plus tard) mais le personnel peu aimable.

Tags from the story
,